Vous êtes ici : Accueil » Vivre à Honfleur » Vie quotidienne » Dites non ! aux pesticides

La ville d’Honfleur a signé en 2013 la Charte Bas-Normande d’entretien des espaces publics, elle s’est alors engagée dans un programme irréversible d’arrêt total de l’usage des pesticides pour l’entretien de l’ensemble de ses espaces publics. Depuis le 1er janvier 2015, les pesticides ne sont plus utilisés pour l’entretien des espaces verts y compris les désherbants chimiques.

Les enjeux sont importants car il s’agit de préserver la santé des riverains et des agents, de protéger les ressources en eau et la biodiversité. En bref, d’améliorer notre qualité de vie !

Sans pesticides, le nouveau visage de la ville

Cette évolution écologique a changé l’aspect des espaces verts de la ville. Des prairies champêtres sont apparues. Des herbes folles apparaissent en pied d’arbre ou entre des pavés. Si certains de nos trottoirs et de nos places verdissent, la biodiversité retrouve de la vigueur.

Gestion différenciée : à chaque espace son type d’entretien

Au lieu de traiter tous les espaces de la même manière, chacun bénéficie d’un entretien particulier suivant ses caractéristiques, son usage et sa fréquentation.

A Honfleur, 6 types d’espaces ont été définis présentés si dessous du plus horticole au plus naturel :

1. les espaces verts horticoles et floraux : bacs, jardinières, suspensions, massifs de fleurs,parcs et jardins traditionnels, abords de monuments, de bâtiments publics, d’églises, cimetières… ;
2. les espaces verts urbains : cœur de quartier (places et squares très fréquentés), et interquartiers (promenades, pistes cyclables, berges…);
3. les espaces verts extensifs : espaces d’aspect naturel ou champêtre ;
4. les espaces naturels écologiques (faune et flore à préserver)
5. les équipements sportifs (entretien spécifique) ;
6. Le patrimoine arboré.

Stop au désherbage chimique, la gestion des plantes spontanées

Le Service des Espaces Verts en collaboration avec le Service Propreté utilisent 2 grandes catégories de techniques alternatives au désherbage chimique.

Les techniques préventives 

Elles consistent en l’utilisation de plantes couvre-sol ou de paillage pour limiter la présence des plantes spontanées indésirables dans les massifs ou en pied d’arbres. En ce qui concerne les pelouses, un fauchage ou une tonte raisonnée sont réalisés à la bonne période en fonction du cycle biologique de la plante non désirée afin de limiter son développement et sa reproduction.

Les techniques curatives 

Elles consistent en l’élimination de ces plantes par désherbage manuel dans les massifs. Pour les surfaces minérales dures (béton, dalles et pavés…), un brossage mécanique est réalisé ou un désherbeur thermique au gaz est utilisé. En ce qui concerne les surfaces minérales meubles (stabilisé, graviers…), ils utilisent une herse afin de déraciner les herbes.

Mais avant tout, il a fallu déterminer les niveaux de tolérance à la présence de ces herbes bénéfiques à une meilleure biodiversité. Faire de la mauvaise herbe une amie et une alliée, réintroduire plus de nature en ville, tester les techniques alternatives au désherbage chimique implique d’accomplir une véritable révolution culturelle !

 

Dites Non ! aux pesticides

Seuls 10% des pesticides atteignent leur cible. Le reste est disséminé dans l’environnement.

L’utilisation des pesticides fragilise notre écosystème en diminuant la qualité de l’air, contaminant les ressources en eau, réduisant la fertilité des sols, ce qui atteint la faune, la flore

et la biodiversité en général.

Et notre santé ?

On sait aujourd’hui que toute la chaîne du vivant est touchée par la toxicité de ces produits. Cette contamination passive bouleverse nos ressources alimentaires et conduit à une accumulation de substances chimiques dans l’organisme des êtres vivants!

Vous aussi, jardinez sans pesticides

Les agents emploient  des méthodes raisonnées, respectueuses du végétal et de l’environnement, plus écologiques, des techniques de jardinage au naturel.

Suivez leurs conseils:

La tonte : tondu à 6 ou 8 cm, votre gazon sera mieux enraciné et plus résistant à la sécheresse. Vous pouvez laisser s’installer les pâquerettes, les pissenlits… qui régaleront les abeilles butineuses.

Le paillage : il limite fortement le développement des herbes folles et l’évaporation de l’eau. Vous pouvez utiliser des résidus de tontes séchés, des copeaux de bois, de la paille…

Les herbes : coquelicots, pissenlits, orties, bourrache, camomille…ces herbes sont indispensables pour la biodiversité et savoureuses dans vos plats cuisinés.

Le désherbage : vous pouvez utiliser un couteau ou un sarcloir pour extirper les indésirables avec leurs racines. L’eau bouillante est aussi très efficace contre les plantes vivaces installées depuis longtemps.

Au potager : vous pouvez alterner les cultures en évitant de planter au même endroit deux espèces de la même famille, deux années de suite. Ainsi, vous éviterez les maladies et les attaques d’insectes.

Les fruitiers : choisissez des variétés locales, souvent plus résistantes