Vous êtes ici : Accueil » Découvrir Honfleur » Honfleur Terre de patrimoines » Église Saint-Léonard

L’église Saint Léonard

 

 

Eglise de Honfleur, également dénommée Saint Léonard des Champs. Un acte de donation fait en 1186 par Guillaume de CHERAY, archidiacre de Lisieux à l’abbaye de Grestain constate l’union des églises de Saint Léonard et de Notre Dame en une seule cure. Le pape Célestin III confirme en 1197 la possession de l’église de Saint Léonard aux religieux de Grestain.

 

A la fin du XIIème siècle, Guillaume de CHERAY, archidiacre de Lisieux déclare que, sur la présentation de l’abbé et du chapitre de Grestain et par la collation de l’évêque, il possédait la moitié des églises de Notre Dame et de Saint Léonard de Honfleur et qu’il cède cette portion aux abbés de Grestain. L’église Saint Léonard est rebaptisée le 11 ventôse An II Temple de la Raison.

 

Le portail et la première travée de nef sont classés en 1922. La totalité de l’édifice est classé en 1977. Des travaux importants de restauration ont lieu entre 2010 et 2011.

Arthème PANNIER en donne la description suivante en 1863 « Vers l’extrémité orientale de la ville s’élève l’église Saint Léonard dont le portail, œuvre remarquable de la fin du XVème siècle ou du commencement du XVIème siècle, attire les regards du touriste par le luxe de son ornementation et la délicatesse de ses sculptures.

 

La partie centrale de la façade offre une belle porte ogivale dont les voussures sont garnies de feuillages et de dais qui abritaient autrefois des statuettes. Les bords de l’archivolte, découpés comme une vraie dentelle sont décorés de gracieux festons. Une ogive en accolade, que couronnait une statue placée sous un dais, surmonte les deux baies à linteau qui donnent entrée dans la nef. Entre ces deux ouvertures s’élève un contrefort prismatique qui sert de support à une statue placée sous un riche dais. Deux contreforts, également prismatiques, décorés de niches privées de leurs statues, s’élèvent de chaque côté de l’entrée principale. L’étage supérieur offre une fenêtre aveugle à plein-cintre, entourée de moulures, qui renferme le cadran. Les deux portes latérales, qui correspondent aux bas-côtés de la nef, sont très élancées. Elles sont flanquées de deux contreforts.

Le clocher octogone en pierre qui surmonte le portail, est percé à sa base d’ouvertures carrées, garnies d’évents. L’étage supérieur offre des fenêtres à arc surbaissé. Ce clocher, qui affecte la forme gracieuse d’un dôme, date du XVIIème siècle. La calotte en pierre, surmontée d’un pyramidion, qui le termine, offre sur chacun des côtés correspondants aux huit pans du clocher une petite lucarne circulaire. On y remarquera les instruments de musique qui ornent le clocher.

Cette forme de clocher, dont toutes les parties sont en parfaite harmonie, était très à la mode sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV. La tour en pierre de Saint Léonard n’a jamais été destinée à recevoir une flèche. Les plans du clocher auraient été dessinés par l’abbé DUHAUT.