Vous êtes ici : Accueil » Découvrir Honfleur » Honfleur Terre de patrimoines » L’église Sainte Catherine et son clocher

L’église Sainte Catherine et son clocher

L’église Sainte Catherine

Autrefois surnommée Sainte Catherine des Bois. La première église Sainte Catherine fut sans doute construite vers le XIIème siècle. Elle fut détruite par les troupes du Duc de Salisbury lors de l’invasion anglaise de 1419. L’église actuelle fut construite à peu près au même emplacement.

La première nef est sans doute construite avant 1468, œuvre des charpentiers de marine. En mai 1496, consentement est donné par les seigneurs et dames barons de Roncheville patrons de Saint Etienne et de Sainte Catherine aux paroissiens, habitants et manants dudit lieu de Sainte Catherine de prendre une portion de terre dépendant du presbytère pour agrandir et augmenter l’église dudit lieu et par contre échange les dits habitants cèdent au curé de la paroisse une autre place de terre joignant la précédente et s’obligent à faire mettre et réédifier à leur dépens une maison sur cette place.

L’église Sainte Catherine est restaurée en 1879 par monsieur NAPLES, architecte et neveu de monsieur MILLET qui avait établi les plans en 1868, puis sous la direction de monsieur VIOLLET LE DUC. La restauration s’achève en 1887. L’église Sainte Catherine est classée monument historique le 3 mai 1870.

Arthème PANNIER en donne la description suivante en 1868 : « L’église Sainte Catherine est un des types les plus curieux qui existent du style ogival fleuri ou flamboyant appliqué à un édifice religieux d’une certaine importance, entièrement construit en bois.

Le plan de l’église Sainte Catherine est, jusqu’à la naissance du sanctuaire terminé par des pans coupés, celui d’un vaste parallélogramme, divisé, à l’intérieur, en deux nefs parallèles, accompagnées de bas-côtés très étroits. Les fenêtres supérieures sont carrées, à deux baies ogivales trilobées. Les bas-côtés, construits en colombage, sont percés de fenêtres, également carrées, à deux baies, légèrement cintrées dans la partie supérieure. L’encadrement des fenêtres ainsi que le meneau central qui les divise et l’appui sur lequel elles reposent sont ornés de moulures caractéristiques de l’époque. Des poteaux en bois recevaient les entraits et supportaient tout le poids de la charpente, qui ressemblait à une forêt. Le vaisseau se divise à l’intérieur, ainsi que nous l’avons dit, en deux nefs parallèles, à peu près de même largeur, flanquées de collatéraux très étroits et très bas dont la voûte en merrain est formée par un quart de cercle.

Les deux nefs, composées de douze travées, y compris celle de l’orgue, sont séparées des bas côtés par les poteaux en bois. Au bas de la nef principale est placé un bel orgue dont le buffet en chêne sculpté est dans le style du XVIIIème siècle. Dans la nef où est placé l’orgue, sur la droite, est appendu entre deux colonnes un tableau très estimé, représentant le Portement de Croix. A l’extrémité de la nef septentrionale s’élève un magnifique autel à colonnes torses dans le style Louis XIV.

Cet autel, qui attire les regards par ses gracieuses proportions, et la richesse de son ornementation, a été exécuté à Rouen, ainsi que l’atteste un curieux devis. Ce de nous apprend que cet autel ornait autrefois la chapelle du Rosaire de l’église Sainte Catherine. Il fut réalisé par Pierre BAUDARD, maître sculpteur pour 650 livres entre 1669 et 1670.

Le clocher Sainte Catherine

 

En regard du portail de l’église Sainte Catherine s’élève un clocher carré en charpente, revêtu d’essente formant des dessins et surmonté d’une pyramide octogone en essente, dont la base quadrangulaire est en forme de doucine. Ce clocher, entièrement détaché de l’église, rappelle, sinon par sa forme, du moins par sa position certains campaniles italiens.

 

Il s’appuie sur un soubassement en pierre qui ressemble à un petit édifice dont la face principale est percée d’une jolie porte, surmontée d’une ogive en accolade. Les pièces de bois, recouvertes d’ardoises, qui le relient à ce soubassement sont placées sur les angles comme les étais d’une maison et s’appuient sur le toit qui le surmonte. La face principale est décorée au milieu d’un cadran qui n’a jamais du marquer l’heure. » Les aiguilles de l’horloge du clocher furent posées avant 1907 par monsieur ROMIEU. En décembre 2009, elles furent redorées. Les béquilles du clocher datent de 1718, elles furent placées pour soutenir l’édifice qui risquait de s’effondrer.

 

Pendant les guerres de religion le trésor de l’église Sainte Catherine était disposé dans les caves très solidement fermées. Les administrateurs de l’hôpital y tenaient leurs assemblées (lettres patentes de 1743), les autres pièces étaient occupées par les vicaires.

 

Le musée du clocher est inauguré en 1959.